"There is no alternative" selon Charles Edelstenne

Le magazine Challenges révèle aujourd'hui la dernière provocation de Charles Edelstenne, PDG de Dassault Aviation :

"... Deuxième jour de l’Université de la défense, ce mardi 11 septembre à 9h00 à Brest : un paisible débat s’engage sur la "défense de l’Europe". Industriels, militaires, ambassadeurs, responsables d’agences de défense et d’armement devisent des déboires des programmes européens et américains, notamment le gigantesque programme de chasseur F-35, ou JSF, dans lequel les Etats-Unis avaient réussi à embarquer des pays européens comme le Royaume-Uni, l’Italie, les Pays-Bas ou le Danemark.

Charles Edelstenne se lève. Demande le micro. Et se lance dans un pilonnage sans pitié du programme américain, dont le coût total a dérapé de 50% en quelques années, de 1.000 à 1.500 milliards de dollars selon le Pentagone. "Les difficultés actuelles ne sont qu’un début, car la phase de maturation des systèmes sera bien plus complexe. Le coût unitaire a déjà dépassé celui du Rafale, alors que les quantités commandées pour le F-35 sont plus de dix fois plus importantes..."

La raison du maintien de ce programme ruineux ? Charles Edelstenne se fend d’un sourire: "Les Américains l’appellent le programme TINA, pour "There is no alternative". Mais si, il y a une alternative : c’est le Rafale, un avion éprouvé techniquement et financièrement."

... du coup, avec un peu d'imagination, on se prend à réver de Rafale "Agressors" comme cet internaute en a imaginé une maquette :

rafalensawc04.jpg

Non ? ...


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×